5 JOURS, 10 MICROBRASSERIES : UN ROADTRIP EN MAURICIE (PARTIE 2)


On continue donc notre épopée en Mauricie en quittant notre cher champ de foin au lever du soleil… (partie 1 de 3 ici)

Troisième destination : Saint-Félicien

À FAIRE :

DORMIR AU CAMPING SAINT-PRIME

Un camping avec une belle plage et des douches gratuites ? Ben oui ! À proximité de La Chouape, c’est clairement la meilleure option aux alentours pour passer une belle nuit. Se réveiller au son des vagues qui se brisent dans le sable, c’est si doux.

NE PAS SE LAISSER DÉCOURAGER PAR LA FAÇADE ORDINAIRE DE LA CHOUAPE

De l’extérieur, La Chouape ressemble à un grand garage noir aux vitres teintées, ce qui lui donne une allure très peu accueillante. Quel contraste avec la décoration rustique de l’endroit une fois passé les portes ! Je vous conseille cependant de vous installer à l’arrière, où la terrasse donne directement sur le lac. Le paysage est parfait pour déguster une blanche aux griottes, bien acide comme si on croquait dans de vraies cerises, ou une Nuit des Champs, une délectable saison noire herbale et torréfiée. J’avoue avoir sous-estimé La Chouape, leurs produits ne m’ayant jamais attirés vu l’esthétisme variable des étiquettes posées sur leurs bières. La morale de cette visite : il ne faut pas se fier aux apparences !

À NE PAS FAIRE :

SOUS-ESTIMER LE CHASSE-MOUSTIQUE

S’il-vous-plaît, ne faites pas comme moi. J’ai encore des cicatrices venant de mon million de piqûres.

Quatrième destination : Saint-Gédéon

À FAIRE :

VISITER LA GROTTE DE LA FÉE

Pour une activité qui sort de l’ordinaire (et en attendant qu’il soit une heure raisonnable pour boire de la bière), il y a la Grotte de la Fée qui est située sur le trajet entre Saint-Félicien et Saint-Gédéon. En plus de pouvoir descendre dans une caverne, vous pouvez aussi faire le tour de l’immense parc de randonné. Un bon 3 heures à marcher dans les roches et les arbres, l’idéal pour se donner soif !

S’ADONNER AUX JOIES DU CAMPING À LA PLAGE SAINT-GÉDÉON

En plus d’avoir une grande plage, comme l’indique si bien son nom, le camping est placé à 10 minutes à pied de la Micro du Lac. Le genre de détail qui va rendre heureux le chauffeur désigné.

FAIRE DES PROVISIONS À LA MICRO DU LAC

Directement dans la microbrasserie se trouve une petite boutique où sont vendus des chandails, des verres, des sauces piquantes ainsi que plusieurs bouteilles rares qui ne sont pas distribuées ailleurs. Comment résister à des bières qui viennent emballées dans des boîtes ? Moi, j’ai pas pu.

PASSER LA PLUS BELLE SOIRÉE DE TON ROADTRIP À LA MDL

Microbrasserie coup de cœur du voyage ! Y a-t-il un meilleur scénario que de manger des frites en tortillons accompagnées de mayonnaise aux bleuets, avec à la main une bière qui s’appelle Homard ascendant Speedo, tout en jouant à Scattergories et en écoutant un band jouer en arrière-plan ? Non, non rien ne peut battre ça. Au niveau des bières, la Micro du Lac a vraiment une grande variété qui saura plaire à tout le monde, autant au niveau des saveurs que des noms (ha !). Pour moi, la Bedeau Ascendant Ding Dong s’est révélée être mon âme-sœur : une saison noire impériale, ronde et douce sous le palais malgré son 10.4% d’alcool. Très café sans être acide, légèrement amère avec beaucoup de sucre résiduel… Parfaite. Un p’tit bonjour à notre serveuse qui nous a reconnu deux jours plus tard lors du Festival des Bières du Monde à Chicoutimi !

À NE PAS FAIRE :

NE PAS VÉRIFIER QUE SA TENTE EST HERMÉTIQUE

On n’a vraiment pas trippé quand on est revenu chauds-bateaux du bar pour réaliser que notre tente avait été inondée par une pluie diluvienne. Dormir à quatre dans un jeep ? Pas nice.

Cinquième destination : Alma

À FAIRE :

ALLER DÉJEUNER À L’AS DE CŒUR

Sur le chemin entre Saint-Gédéon et Alma, alors qu’on était à la recherche d’un déjeuner bien gras pour nous remettre de notre peu confortable sommeil, on est tombé sur l’As de Cœur. Ressemblant à un casse-croûte style Belle Province, tu t’y fais accueillir comme si tu étais de la famille par la propriétaire. Une bonne dame qui nous a préparé nos déjeuners en moins de 10 minutes, confiture de rhubarbe maison inclue, tout en jasant avec son amie qui grignotait des toasts sur le bord du comptoir. Le détail qui change tout ? Les galettes à l’avoine et aux raisins qu’elle avait cuisiné le matin même et qu’elle nous a proposé, de son bel accent, «avec ou sans glâçure ?».

VISITER LES DESSOUS DE RIVERBEND

Malgré le fait qu’il n’y ait pas de salon de dégustation, l’adresse de Riverbend vous mènera dans une petite boutique avec tout le tralala promotionnel habituel, le local étant adjacent à l’espace de brassage et d’entreposage. On se fait accueillir par Dominique et son vinyle de Supertramp, qui nous propose de faire une petite dégustation des produits pour ensuite faire le tour des installations. C’est une belle occasion pour en apprendre plus sur le procédé de brassage, et apprécier encore plus notre bière par la suite ! Parmi mes préférées : la Pale Ale 50/50, le nom provenant du fait que 50% de la bière ait été vieilli en fut de chêne et l’autre 50% en inox. Ça donne un super beau résultat : légèrement maltée, une amertume toute douce, vanillée, avec une rondeur mielleuse. Un autre high five pour leur nouvelle gamme de Berliner, de bien bonnes bières sûres faites à partir de framboises, camerises et griottes!

FAIRE DES PROVISIONS AU BROUE & CIE

On a questionné Dominique sur les endroits à Alma pour trouver de la bonne bière, et il nous informe de l’existence d’un magasin spécialisé, le Broue & cie. C’est effectivement l’endroit où aller pour trouver des bières exclusives de la région, ainsi que tous les bons classiques de nos microbrasseries d’ici. Un arrêt obligé si on veut ramener quelques bouteilles à la maison!

ALLER SOUPER AU LION BLEU

À l’unanimité : c’est au Lion Bleu qu’on a le mieux mangé de notre roadtrip. Je dois avouer que la bière ne m’a pas marquée, mais le fish’n’chip ainsi que le burger de saumon étaient divins. Ils ont également quelques jeux de société ainsi qu’un jeu de babyfoot, mais ce n’est pas ici que tu passes ta soirée. Encore selon Dominique, il y a le Café du Clocher qui possède une belle sélection de bière de microbrasserie ainsi qu’une ambiance bien festive, tout comme le Décanteur, ce bar qui a commencé comme étant clandestin dans la cours d’une madame qui faisait de la coiffure. Malheureusement, puisque nous étions fatigués de notre courte nuit précédente, nous sommes allés nous coucher directement après le souper. Il va donc falloir croire les paroles de notre vaillant guide !

À NE PAS FAIRE :

FAIRE CONFIANCE À UN MOTEL QUI S’APPELLE LE PERROQUET BAR

Bon. Ce n’était pas SI terrible. Mais quand on me promet un déjeuner continental et que je me retrouve à manger des toasts au beurre et boire de l’eau au café, j’aurai préféré avoir été prévenue à l’avance ; même des croissants provenant du Walmart en face m’auraient fait plus plaisir. En plus, fait cocasse : l’endroit célèbre le Festival du Perroquet en août, et ils vont recevoir un band hommage à Bon Jovi qui s’appelle Slippery when wet. C’est tout ce que j’avais à dire sur le sujet.

La suite (partie 3) dans un prochain article !

C.P. : Audrey Rose

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s