MADE WITH LOVE 2016 : LES CRÉATIONS DE BARCHEFS ET DE BARISTAS


Cette année, la grande finale régionale montréalaise de MADE WITH LOVE s’est déroulée le lundi 12 décembre 2016 à la Salle des pas perdus de la Gare Windsor. L’équipe des bars tendres s’est donné rendez-vous (et 1500 autres personnes aussi) afin de déguster les créations de 21 BarChefs et 8 Baristas, qui se sont qualifiés comme des champions pour l’événement en octobre dernier.

Il s’agit de la 7e édition de MWL, mais la première comportant un volet « café ». Je crois que ça a très bien été reçu du côté de public, qui aura eu l’occasion de s’adonner à un petit plaisir caféiné pour passer au travers de sa soirée… Il faut se le dire : 21 cocktails en un peu plus de trois heures (même si l’organisation a décidé de laisser une heure supplémentaire aux festivaliers pour terminer leur tour), c’est pas si facile ! Tout est bon, on a envie de ne rien manquer… Pour ma part j’ai raté cinq cocktails et j’en suis triste, mais je partage tout de même avec vous un petit résumé de la soirée, des recettes des cocktails et cafés présentés, ainsi que des gagnants !

Déroulement

Parce que oui, il y a des gagnants. Comment ça marche ? Il y a deux catégories de gagnants : le choix des juges, qui ont évalué les créations selon leur originalité et leur équilibre, et le choix du public, qui a voté pour son coup de cœur. Tout le monde se voyait remettre un collier style «dogtag» en arrivant sur place, qu’il fallait remettre avant la fin de la soirée au mixologue ayant concocté LE MEILLEUR cocktail, au café ou pas.

Pour ce qui est des prix à gagner, les Baristas gagnants courraient la chance de remporter un voyage vers les grandes maisons de torréfaction de l’ouest canadien et américain. Les gagnants de la division Mixologie gagnaient, quant à eux, une place vers la finale nationale canadienne dans le but de remporter le prix final : un voyage vers les plus importantes distilleries du monde !

Un petit aperçu des BarChefs et de leurs créations

Maximiliano Vallée Valletta – Les Enfants Terribles

Avec Éden, cet onctueux cocktail à base de jus d’abricot infusé à la lavande et d’une réduction de pomme à l’eau de rose, le Gin Ungava était à l’honneur, mais tout en douceur, avec sa petite touche de thé du Labrador. Le popsicle à l’abricot et pistaches en accompagnement était tellement délicieux que je pense que je l’ai préféré à son cocktail (mais ça enlève rien au cocktail haha). C’est Maximiliano qui s’est valu la première place du choix du public cette année au MWL. Il aura le plaisir de poursuivre l’aventure lors de l’ultime étape : la finale nationale en mai prochain. Bravo cher ! J’ai bien aimé les animaux dans ton décor.

Ben Serapins – Burger Bar Crescent

Le cocktail de Ben Serapins, à base de Tequila, était intéressant avec son sirop de cacao. J’ai adoré le délicieux popcorn au bacon avec lequel sa concoction était servie. Si vous n’êtes jamais allé au Burger Bar, le restaurant est situé au 1465 Crescent.

Mathieu Vandelac – Nexus SmartBar

Le BarChef du Nexus et son équipe accueillaient les festivaliers dans leurs costumes à la thématique Game of Thrones, c’était très bien réussi. Le cocktail de Mathieu, The gin of the north, contenait un sirop de tonique, dans lequel (et j’ai été surprise de l’apprendre) des asperges avaient baigné ! C’est une idée audacieuse, mais ça fonctionnait très bien. Le tout était décoré d’un saucisson artisanal apposé sur le bord du verre. Shoutout à Max Coubès avec son gros gel dans les cheveux, et bravo au BarChef qui s’est mérité la troisième place du choix du jury Mixologie cette année.

Jey Laflamme – La Distillerie

Il y a trois Distilleries à Montréal ; celle au 300 Ontario E., celle au 2047 Mont-Royal E., et celle au 2656 Masson. Cette année à MADE WITH LOVE, deux BarChefs représentants d’une Distillerie compétitionnaient. J’ai seulement eu la chance de boire celui de Marylin Gagnon, ça m’attriste beaucoup de ne pas m’être rendue au cocktail de Jey Laflamme.

Antoine De Bettin – Mile Public House

Le Daniel Boom était tellement bon ! Il figure dans mon top 3 de cocktails de la soirée, personnellement. Avec un coulis d’un beau blanc opaque à base de noix de Grenoble et sirop d’érable, la concoction rose à la betterave se mariait merveilleusement bien avec la saucisse qui l’accompagnait. Je suis super contente que le public lui ait remis assez de colliers «dogtag» pour qu’il se hisse à la deuxième place du choix du public.

Émile Archambault – Le Mousso

Le cocktail d’Émile Archambault, à base de Campari, était très audacieux avec son sirop de tabac et poivre long. Accompagné de son mini macaron au fois gras, je félicite l’équipe pour la présentation de leur kiosque, tout en roches en cigares (haha, fallait le voir). Très étonnant comme proposition, bravo !

Nicolae Arman – Bar Le LAB – Plateau

Je suis arrivée juste avant qu’il soit trop tard et malheureusement je n’ai que très peu de notes sur ce cocktail assez classique, qui s’est très bien pris. J’adore le LAB, et je félicite l’équipe pour sa présence dans de nombreux événements, mais surtout la qualité des cocktails toujours constante. Notez qu’il y a maintenant un LAB dans le quartier des spectacles, situé au 279 Rue Sainte-Catherine E.

Antoine Vendette – Invasion Cocktail

Il n’était pas avec L’Gros Luxe, mais bien avec Invasion Cocktail lundi soir ; l’équipe des bars tendres était bien heureuse de le retrouver, ce cher Antoine. Il nous a fait le plaisir de nous servir un cocktail fait de liqueur de fleur de sureau (le St-Germain) et de Sauvignon Blanc ; un cocktail assez léger, mais tout en saveur.

Marilyn Gagnon – La Distillerie

Le Ian Flemming nous était servi par des femmes mi-sirènes mi-pirates, dans un décor surprenant ; je ne suis pas certaine d’avoir apprécié les mitraillettes dans les caisses de bois, mais j’ai bien aimé les poussins à deux têtes. Pour ce qui est du cocktail, leur sirop au pain d’épice était fantastique. En cette période des fêtes, en plus, je trouve que c’est un beau clin d’oeil. On sentait bien l’orange et la poudre de piment, et le Appleton se mêlait bien au tout.

Maxime Boivin – SafeHouse

Je n’ai malheureusement pas eu la chance de goûter au cocktail que Maxime Boivin avait préparé. Le SafeHouse est situé au 244 Rue Saint-Jacques O., Porte 100, à Montréal ; il s’agit d’un bar à cocktails, resto et club, mené par trois copropriétaires : Nick Léger (Mayfair), Jason Nagy (Shuck Me, Méchant Boeuf), et lui-même, Maxime Boivin.

Thierry Roggles Valiquette – Knox Taverne

Le BarChef nous invitait dans sa soi-disant église jamaïcaine, s’inspirant de la culture de la Jamaïque torontoise. Avec son tapis de cannes à sucre vraiment trop beau, mais qui rendait la surface très propice aux renversements de verres, moi j’ai bien aimé ses mille explications le fun en lien avec sa création (va falloir que tu nous contes à nouveau l’histoire du St. Elizabeth Allspice par exemple !) Son cocktail est à base d’Appleton et de cannelle, agrémenté d’épices qui réchauffent le corps (épices Jerk). Son jus de canneberge avait été légèrement gazéifié pour laisser la fermentation naturelle faire son travail.

Carlos Tallarico – École du Bar de Montréal

Le BarChef nous a préparé un des deux cocktails les plus épicés de la soirée ! C’est le seul, aussi, qui ait été allongé avec de la bière de gingembre, d’après ce que j’ai goûté. Carlos Tallarico aura su concocter une boisson toute en équilibre, avec une belle acidité amenée par les ananas.

Jean-Yves Roumieu – Le Bureau de Poste Trois-Rivières

Il y en a aussi un à Québec, mais Le Bureau de Poste de Trois-Rivières est situé au 317 rue des Forges. Avec son menu conçu à partir des traditions québécoises, le restaurant accueille ses clients dans un univers d’après-ski. J’imagine que Jean-Yves Roumieu a su épater la galerie avec sa création, que je n’ai malheureusement pas eu la chance de goûter.

Anthony Tavormina – G&R À Votre Service

Le Winter solstice a été élaboré avec un sirop de roses, pomme grenade et pamplemousse. J’ai beaucoup aimé l’amertume du Campari, mais tout en délicatesse, avec la touche de sel qu’il fallait déceler à la fin en se léchant les babines (selon notre hôte du G&R, haha).

Etienne Bay – BAR CO.

Je parlais de cocktails épicés un peu plus haut ; celui-ci ne laissait pas sa place. Servi avec un bon p’tit shooter de chili qu’on nous a conseillé d’avaler juste avant notre première gorgée du cocktail, on a décelé plusieurs saveurs intéressantes. D’abord, le chili a été élaboré à base de 6 différentes sortes d’épices ; pas nécessairement les plus fortes, mais bien les plus pertinentes au niveau des saveurs. Avec la Tequila 1800, son espuma d’aloès et la présence de l’ananas, on a vraiment été enchanté. Est-ce qu’on est fou, on a trouvé que ça goûtait la costarde ? Audrey Rose nous a même convaincu que ça sentait les donuts ! En tout cas, bien réussi, belle audace et beaux mélanges. Et on est pas les seuls à avoir aimé, parce que c’est le BarChef qui a remporté la deuxième place du choix du jury.

Michael Rizk – Le Mal Nécessaire

Ah non, je m’en veux, mais parmi les cinq cocktails que je n’aurai pas eu la chance de goûter, celui de Michael Rizk y figure. J’adore le Mal Nécessaire, bar au logo d’ananas en néons du quartier chinois. Il accueille entres autres les compétitions Drunken Masters.

Dominic Pomrenski – Le Red Tiger

J’ai vraiment aimé le cocktail du Red Tiger. Intitulé A toast to Montreal, le BarChef a décidé de rendre hommage à Leonard Cohen avec sa création, inspirée d’un Cosmopolitan. Une recette juste parfaitement équilibrée.

Rus Yessenov – Mayfair

L’an passé, j’avais bien aimé le cocktail présenté par le BarChef du Mayfair, qui selon moi sortait du lot. De mémoire, c’était le seul drink chaud que j’avais bu et il avait également été élaboré à base de thé ; j’avais trouvé ça très original. Cette année malheureusement, je n’ai pas eu la chance de goûter au cocktail du Mayfair, faute de temps. Mais allez-y, c’est au 451 Rachel E.

Philippe Letellier – Le 132-Bar Vintage

Avec sa mousse de lait d’amandes et noisettes, cette création concoctée à base de Disaronno nous a charmée, avec sa touche de thé vert et son petit biscuit sec. À l’image du 132, le BarChef et son équipe étaient vêtus de beaux habits, dans un décor enchanteur. Bravo à Philippe Letellier qui s’est vu remettre la troisième place du choix du public !

Émilie Loiselle – ProxiBar – LAB Événementiel

Le cocktail d’Émilie Loiselle a été élaboré avec la Buteuse, une bière de la brasserie Trou du diable ; un vrai délice à l’abricot qui s’est valu la première place pour le vote des juges Mixologie. Elle aura le plaisir de poursuivre l’aventure MADE WITH LOVE lors de l’ultime étape : la finale nationale en mai prochain. J’ai bien aimé le fait qu’on nous offre un verre d’eau en arrivant pour se rincer le palais, et mieux goûter toutes les nuances et subtilités de The Darkest Hour, son cocktail à base de Disaronno. Une gang bien organisée, qui offrait même une belle liste des ingrédients du cocktail, format carte d’affaire. Bien pensé !

Guillaume St-Pierre – Ikanos

L’Ikanos est situé au 112 McGill, Suite 1. Il s’agit d’un resto gastronomique attirant les éloges pour sa cuisine, mais entres autres aussi pour ses cocktails. Je suis certaine que Guillaume St-Pierre avait préparé un cocktail merveilleux, mais malheureusement je n’ai pas eu le temps d’y goûter.

Côté café

C’est Marc-Étienne Gingras qui s’est mérité la première place pour la portion Barista de la compétition, du côté des juges et du public, avec son cocktail Roots Boy Punch, à base de Tia Maria. Les autres Baristas qui étaient sur place lundi passé pour servir leur cocktails à base de café étaient : Patrick Grealish du Régine Café, Édouard Fabi de Le Tassé – Café de Quartier (3e place, choix du public), Félix Charbonneau du H8S bar à café (3e place, choix des juges), Alexandre Séguin du Café Pista, Roxane Roulin du Café Bonita, Nicole Schetter du St-Henri Micro Torréfacteur (2e place, choix des juges) et Simon-Louis Brosseau Fournier du Paquebot.

Simon-Louis Brosseau Fournier – Paquebot

Le seul que nous avons dégusté, mais il en valait le coup (même que j’en aurais pris plusieurs de suite, mais pour celles et ceux qui connaissent mon inépuisable énergie, j’ai mieux fait de m’abstenir), c’était en fait une inspiration d’un Mint Julep, poussé à l’azote, servi sur glace avec une p’tite feuille de menthe. À base d’un mélange de cafés brésiliens et éthiopien, le tout a passé 24h en infusion lente, avec l’ajout d’un sirop simple et du Whisky Coureur des bois pour une touche d’érable. UN-VRAI-DÉLICE-EN-TOUT-CAS ! Bravo à toi, Simon-Louis (avec un trait d’union) (clin d’oeil) (lui seul comprendra) (triple parenthèses de suite). Il accompagnera Marc-Étienne sur la côte ouest américaine & canadienne afin de visiter de grandes maisons de torréfaction avec l’équipe de MADE WITH LOVE, parce qu’il est arrivé deuxième pour le choix du public, et que Marc avait remporté les deux premières places des deux volets du concours.

À l’année prochaine !

Ce fut une très belle édition cette année, dans ce nouveau lieu beaucoup plus vaste (l’événement avait lieu à la Société des arts technologiques par le passé). Il y avait en masse de place pour circuler, ce qui a facilité le déplacements malgré les files d’attente. Félicitations à tous les compétiteurs ! Et si vous voulez retrouver des photos de la soirée ou repérer les publications sur le MWL rapidement, utilisez le hashtag #enjoymwl.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s