6 TENDANCES BIÈRES AU QUÉBEC EN 2017


Chaque année apporte son lot de nouveautés. Nos brasseurs ne manquent certainement pas d’imagination ni d’ambition, comme le prouvent toutes les microbrasseries qui ont poussées en 2016 et les bières de plus en plus audacieuses qui ont rempli nos verres. Je ne suis pas devin, mais si on regarde un peu ce qui se brasse chez nos voisins du sud, on peut probablement deviner un peu ce qui s’en vient de notre côté pour les 12 prochains mois.

 

Photo : Craft Beer Brewing

1. Amère la IPA ? Tu sors ça d’où ?

Pour plusieurs d’entre nous, ce n’est pas une grande nouvelle que de dire que les IPA ne sont pas toutes des bombes d’amertumes sans merci pour nos papilles. C’est un style de bière infiniment versatile pouvant se vêtir d’un profil allant de l’extrême douceur tropicale jusqu’à l’explosion de houblons bien verts. Par contre, l’association IPA et amertume est encore très commune dans la culture populaire, plusieurs personnes levant le nez à d’excellentes bières sous prétexte qu’elles soient une « India Pale Ale ». Qu’à cela ne tienne, ce temps est révolu ! En 2016, le Québec a vu l’apparition de la New England IPA, une bière aux couleurs troubles qui coule comme du jus, de par ses flaveurs d’agrumes sans presqu’avoir d’amertume. On pense entre autres à la Nordet IPA de Auval, ou la nouvelle de Maltstrom, l’excellente IXPL. Si la tendance se maintient, ce style prendra probablement d’assaut beaucoup d’autres microbrasseries québécoises d’ici la fin de l’année, dévoilant enfin au grand jour que oui, il peut y avoir autre chose que de l’amertume dans une IPA. (Source)

 

Photo : Journal Métro

2. Plus de bières faibles en alcool

Si je devais trouver un défaut à la bière, ce serait qu’on ne peut en déguster à l’infini lors d’une soirée. Après quelques pintes, l’alcool engourdit inévitablement nos sens, faisant en sorte qu’on ne peut apprécier nos prochaines bières à leur juste valeur. Certaines personnes sont également moins tolérantes à l’alcool et doivent se contrôler plus strictement lors de sorties dans les bars, évitant parfois les bières plus fortes pour rester dans des eaux tranquilles. La demande pour des bières faibles en alcool est donc bien présente, et l’industrie a doucement répondu à l’appel au cours des dernières années. Je ne parle pas ici de Bud Light ou de Molson 67 (je sais que ça ne vous est pas passé par l’esprit, mais au cas), mais de vraies bières de microbrasseries qui ont été faiblement alcoolisées sans sacrifier leur aspect gustatif. Les bières sûres, nouveau chouchou des Québécois, sont souvent en dessous de 5 % et explosent de saveurs. On a créé des IPA qui, malgré leur faible pourcentage d’alcool, ne perdent pas leur soyeux houblonnage (la Session IPA de Riverbend ou la Nano IPA de Oshlag, pour ne nommer qu’elles). On verra probablement d’autres belles créations du genre dans nos verres cette année !

3. Maman, j’ai bu tous mes légumes !

On est habitué à voir des fruits dans la composition de nos bières préférées ; mais qu’en est-il des légumes ? Les betteraves, sucrées et terreuses, se sont déjà taillées une place dans nos bouteilles. Récemment, la Brasserie Harricana nous présentait la Saison des Allergie, une bière brassée avec des carottes et de la verge d’or. Aux États-Unis, une bière à la pizza brassée avec des épices et des tomates en avait surpris plus d’un, tout comme une autre à la patate douce (parce que la citrouille c’est trop « mainstream » !). Les brasseurs n’ont certainement pas fini d’explorer les possibilités aromatiques de nos végétaux ; moi, j’attends ma bière au kale !

 

Photo: La Décapsule

4. On s’inspire de la forêt

L’an dernier, je suis tombée en amour avec La Chasse-Pinte, cette petite microbrasserie coopérative de l’Anse-Saint-Jean dont les produits se font rares dans la région de Montréal. Leur philosophie : tirer le maximum de ce que le terroir a à leur offrir. Ils nous livrent donc de magnifiques bijoux houblonnés comme leur Blonde à l’Armoise, une Ambrée au thé du Labrador et une bière faite à partir de cinq céréales et aromatisée au myrique baumier, pour ne nommer que celles-là. Dans la même lignée, Lagabière nous livrait en décembre une bière fortement aromatisée au sapin, et Dunham nous concocte depuis quelques saisons déjà de magnifiques bières aux fleurs sauvages. On continuera sans aucun doute à utiliser des ingrédients près de nous afin de créer de nouvelles bières au cours des prochains mois, non seulement parce qu’on est fier de ce que produisent nos terres, mais surtout parce que c’est délicieux ! (Source)

Photo : Nendo

5. Toujours plus de café

Le café, ça va pas juste dans les stouts. La Brasserie Harricana nous l’a fait comprendre avec sa surprenante Coffee Brett IPA, Hopfenstark aussi en l’intégrant dans sa nouvelle Gose. Il y a 2 ans, l’Espace Public me faisait découvrir une incroyable Hefeweizen aux arômes de banane et café, et il y a bien plus longtemps déjà que les États-Unis se sont amusés à jouer avec l’amertume du café dans leurs IPA au lieu de donner tout le mérite à son côté torréfié. Starbucks a même voulu suivre la vague en présentant à ses clients un cocktail à base de IPA et d’espresso vigoureusement « shaké » avec de la glace et des arômes de vanille et d’orange. Qu’on ne s’y méprenne, j’adore les stouts et les porters au café, mais on a compris que cet ingrédient versatile pouvait s’associer à autre chose que le chocolat, et je pense bien qu’on va continuer sur cette voie en 2017. (Source)

 

Photo : La Voie Maltée

6. Les canettes de bières, pas juste pour le parc !

On ne doit pas juger un livre par sa couverture, mais c’est souvent plus fort que nous. Beaucoup de personnes auront toujours plus envie d’acheter une bière si elle a une belle étiquette ; quelquefois, c’est même la raison première de l’achat (oups !). Les canettes étaient auparavant bien moins esthétiques que son concurrent en verre, et bien peu de microbrasseries s’y intéressaient puisqu’elles étaient mal perçues par les clients. Mais depuis les dernières années, le vent a tourné. Farnham est arrivé avec une gamme complète de bière en canettes, suivi de La Voie Maltée et ensuite de Riverbend, pour ne nommer que ces derniers. Les canettes proposent de nombreux avantages tant au niveau du prix, de l’environnement et de la conservation de la bière, et ces microbrasseries nous ont prouvé qu’il était également possible de rendre le résultat pas pire joli ! On verra probablement l’arrivée de plusieurs nouvelles bières en canette durant la prochaine année, et peut-être même que certaines microbrasseries changeront de camp ! (Source)

Et vous, que pensez-vous boire de nouveau cette année ?

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s