MADE WITH LOVE : DES CONCEPTS VISUELS ET GUSTATIFS AUDACIEUX


À l’occasion de sa 9e édition, la finale régionale montréalaise de la compétition de mixologie MADE WITH LOVE a eu lieu à la Société des Arts Technologiques (SAT) le 11 décembre 2017. Fidèles participants à l’événement, on s’est entretenus avec l’ambassadeur Pierre Gadouas, également ancien gagnant de MWL (choix des juges et du public à Montréal 2013 & choix du public à Montréal 2015), qui nous a rappelé que les 20 compétiteurs sélectionnés pour la finale régionale sont d’abord passés par l’étape des qualifications.

En effet, 40 des meilleurs employés de bar de Montréal ont été recrutés, puis se sont affrontés dans une épreuve où ils ont du composer avec les ingrédients présents dans une boîte mystère afin de réaliser leur cocktail. Les 20 personnes qui ont été sélectionnées à la suite de cette première qualification étaient donc présents lundi soir dernier, le 11 décembre, afin de présenter leur création exclusive, fruit d’un travail de préparation de deux mois.

Le Tequila Maria de Alain Harvey, du Pourvoyeur Gin Pub

C’est le travail acharné des Barchefs qui rend Pierre Gadouas fier de cette 9e édition : de la thématique aux costumes, ce dernier nous a fait remarquer que tous et chacun a mis beaucoup d’efforts afin que les kiosques impressionnent. Bien sûr, la présentation est importante, mais le goût du cocktail l’est d’autant plus : « Je suis vraiment fier du produit fini, de ce que les cocktails goûtent […]. J’ai trouvé ça très original, très bien pensé, et très bien placé. »

Le top 5 d’Audrey-Rose & Geneviève

On en a vraiment vu de toutes les couleurs : Alain Henley du Pourvoyeur Gin Pub qui a vidé 1200 pamplemousses pour faire des verres, Asilex Rodriguez du bar Le Lab qui a nappé de chocolat environ 1000 cornets… Des 20 recettes réalisées pour l’événement, voici nos 5 coups de cœurs :

L’Oro Cristobal d’Antoine Vendette, de chez Barraca Rhumerie Montréal – Grand gagnant du choix des juges

1. Antoine Vendette – Barraca Rhumerie Montréal

On a commencé par le cocktail qui a volé le cœur des juges en remportant la première place de la compétition : L’Oro Cristobal. Il était effectivement difficile de rester de marbre devant l’ingénieux concept d’Antoine Vendette. Des diffuseurs d’huiles essentielles (en forme de volcan, très tiki) étaient disposés tout au long du bar. On croyait d’abord qu’ils étaient là par soucis d’esthétisme, mais on a appris que de sentir les huiles essentielles avant notre première gorgée rehaussait les saveurs de notre cocktail. Résultat ? Un intéressant mélange de café brut, d’agrumes, d’amertume et de gingembre. Antoine nous a aussi expliqué les propriétés médicinales de chaque ingrédient utilisé dans sa recette ; les huiles aideraient à soigner la grippe et les douleurs musculaires, tandis que le bois de Ceiba aiderait à soigner les maux de tête. Dans l’fond son cocktail, c’est comme la cause ET le remède à ton hangover du lendemain. Du pur génie.

Le Elixir of Love de Brandon Beerwort, de chez Big in Japan – Brasserie

2. Brandon Beerwort – Big in Japan – Brasserie

On a été jeté à terre par l’exécution assez complexe du cocktail, ainsi que par le mélange des saveurs et l’accord avec le met. Elixir of Love a été réalisé avec du Shámán, une liqueur d’herbes amère basée sur une recette ancienne des monastères de Bavière. Malgré le temps que prenait la conception du cocktail, les membres de l’équipe, vêtus de grandes robes brunes à capuche, travaillaient fort à ce que chaque étape se fasse de façon aisée. Au nez, on sentait bien la fumée de cannelle, ainsi que le côté floral amené par la fleur de centaurée. En bouche, on percevait rapidement l’amertume de la liqueur d’herbes. L’amer à l’orange et la purée de framboises et de mûres se mélangeaient à la perfection pour donner un tout très raffiné. La truffe au gâteau Red Velvet et chocolat blanc, quant à elle, s’harmonisait très bien avec cet élixir d’amour.

Le Do Me Oolong Time de Gia Bach Nguyen du Red Tiger

3. Gia Bach Nguyen – Red Tiger

Do Me Oolong Time : c’est le nom qu’a donné Gia Bach Nguyen a son cocktail. L’accueil chaleureux de la part de toute l’équipe nous a conquis dès le début. C’est un cocktail écoresponsable, nous apprend-on, car l’accent a été mis sur la réutilisation et l’utilisation d’ingrédients d’ici. Élaboré avec du Gin Ungava, un spiritueux 100% naturel québécois, on décèle dès la première gorgée la très douce amertume du pamplemousse qui se marie parfaitement au spiritueux. Le fruit a d’ailleurs été utilisé maintes fois, de son jus (soda au pamplemousse maison) à son zeste. Enfin, le tout est bien balancé entre le cordial Oolong, composé de thé Oolong, vanille et acide citrique, et les amers de pamplemousse.

Le carnet de notes de Maximilien, où se retrouve sa fameuse recette de bitter

4. Maximilien Jean – Bar le Royal

Maximilien Jean est un passionné contagieux. Son cocktail à base de Bourbon Woodford Reserve, le Hard Times Manhattan, ne goûte pas seulement divinement bon : il nous raconte une histoire. Chaque ingrédient a été pensé selon son contexte historique. Au lieu d’utiliser un vermouth classique, Maximilien a été puiser son inspiration dans divers vieux livres de cocktails datant de la prohibition afin de créer son propre vermouth sans alcool (!!), préparé avec des raisins secs comme le faisaient les vignerons lorsque leurs vignes ne produisaient plus assez de raisins. Maximilien Jean ne voulait pas non plus utiliser un simple bitter à l’orange : il y a donc été avec une recette datant de plus d’un siècle et répliquant le bitter le plus populaire de l’époque. On additionne le tout d’une écume de griotte et nous voilà avec un cocktail noble et distingué. Les avis sont unanimes dans l’équipe, ce fut notre coup de coeur de la soirée !

Geneviève, ébahi devant la fontaine en forme d’ange

5. Samuel Beaulieu – Grumman’s 78

Samuel Beaulieu a choisi de réaliser un cocktail « zéro déchet ». Derrière la fenêtre de son décor de food truck, à l’image de celui du Grumman’s, Samuel a concocté une recette à base de Campari, comprenant du sirop des Miels d’Anicet, 100% biologiques et extraits dans le respect des abeilles. On a été charmées par la méthode utilisée par le Barchef pour réaliser la superbe mousse de son cocktail, c’est-à-dire l’utilisation du jus de pois chiches battu, qui donne la même texture que les blancs d’œufs. Connaissiez-vous ce truc ? Nous oui, et on a été contentes de voir que quelqu’un décide de s’en servir. Ah oui : les boîtes de conserve de pois chiches ont été recyclées et les pois chiches ont servi aux préparations alimentaires du Grumman’s. Au final, on a un Miss Scarlett sans gaspillage, qui détient une belle amertume, bien balancé par le jus de citron et le sucre du sirop, ainsi que le jus d’argousier.

 Le Smokey Orange Martini de Jonathan Masse de chez Madame Bovary

 Mentions spéciales

Cette 9e édition de la finale régionale de MADE WITH LOVE fut un réel plaisir pour les amateurs de cocktails du Québec. Du visuel grandiose des kiosques aux amalgames de saveurs recherchés des cocktails, les Barchefs participants ont été très impressionnants. Félicitations à ces derniers, ainsi qu’aux gagnants :

Choix des Juges :
1. Antoine Vendette – Barraca Rhumerie Montréal
2. Isaac Bedard – Indépendant
3. Sean Sargent – Kampai Garden

Choix du Public :
1. Isaac Bedard – Indépendant
2. Sean Sargent – Kampai Garden
3. Julie Belanger-Cateysson – Ludger

On tient aussi à souligner la présence du cocktail sans alcool, réalisé par Isaac Bedard, et représenté par Educ’alcool. On est d’avis que la place donnée aux mocktails devrait être plus importante dans les bars, festivals ou autres événements : plusieurs personnes ne peuvent pas consommer d’alcool, où ont fait le choix de ne pas en boire. Tout le monde devrait pouvoir déguster un cocktail réalisé avec amour comme celui-ci, le Sauge décision (hahaha !), élaboré avec du blanc d’œuf, donnant une texture vraiment intéressante, ainsi qu’avec de l’amer à l’orange et au genièvre, apportant des goûts balancés qui nous font oublier qu’il n’y a pas d’alcool dans le cocktail !

Such plaisir, very ambiance

Petite suggestion de la fin également : à quand un MADE WITH LOVE « zéro déchet » ? Ça fait de la peine de jeter des verres de plastique à la poubelle… On espère une prochaine édition qui récupérera les verres, ou qui offrira des écocups, peut-être ? À suivre…

On souhaite le meilleur des succès aux gagnants qui s’affronteront à la Finale Nationale de MADE WITH LOVE, qui aura lieu en Mai 2018 dans la capitale nationale : Ottawa.

Mise à jour : Les verres fournis par MADE WITH LOVE sont composés de « PLA », un polymère fabriqué à partir d’amidon de maïs, une ressource naturelle et renouvelable.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s